Patrice Faubert

Paraphysique du profit de l'horreur

C'est évident
Aussi bien
Rien d'étonnant
Dans les milieux réactionnaires
Surtout le fascisme
Surtout le populisme
Surtout le stalinisme
Surtout le nazisme
Surtout le libéralisme
Et autres variantes en isme
De tout le capitalisme
Tout ce monde veut dominer
Dans une bureaucratie, s'élever
C'est évident
Aussi bien
Dans les milieux faussement révolutionnaires
Surtout le gauchisme
Surtout le castrisme
Surtout le guévarisme
Et autres variantes en isme
De tout le capitalisme
Tout ce monde veut dominer
Dans une bureaucratie, s'élever
Et là où c'est le moins
Par ce mal apprentissage, atteint
C'est encore l'anarchisme, j'en suis plus que copain
Mais
Moins, ne veut pas dire, rien
Car le vrai révolutionnaire
Conteste tout Etat
Car l'organisation de tout Etat est foncièrement policière !
Du terrorisme de l'Etat
L'état du terrorisme
Des mercenaires du capital
Jadis, Carlos, du terrorisme international
Nations l'utilisant, FPLP, l'instrumentalisant
Nations s'en servant
Puis, toutes, l'abandonnant
Personne ne le voulant
Pas même la Syrie
Ce pays repère d'anciens nazis
Ni même le Liban
Et à bien considérer, finalement
De beaucoup de pays, il fut l'agent
Le Mossad le surveillait
Sans jamais vouloir l'éliminer comme un fait exprès
Car sur l'échiquier du capital
Les banques en première ligne, c'est normal
Elles font et défont la marche du monde
Influençant toutes les élections politiques
Finançant et organisant toutes les élections politiques
Je suis bien joyeux de n'avoir jamais voté
Pour toute une escroquerie savamment orchestrée
Il faudrait incendier toutes les banques
Au lance-flammes, au tank
Tout est devenu putain de ce monde
Tout est devenu souteneur de ce monde
C'est comme pour les boîtes de nuit
Pour les femmes, c'est gratuit
Idem pour le monde des annonces
La femme, l'appât qui défonce !
Là, les féministes ne disent rien
Aucune parité, la femme, le loto, le gain
Cela génère du trafic
Sans la femelle, pas de fric
Comme aussi le trafic des médicaments périmés
Inde, Pakistan, là où règne la pauvreté
Et à propos des faux médicaments
700.000 décès par an
Et en ligne, c'est la mafia, à 95 pour cent
Le profit de l'horreur
N'est pas l'horreur du profit
Autre registre, les abattoirs, souffrance infinie
Ouvriers exploités
Animaux massacrés
De la viande, de la fourrure, du cuir
Fermes d'élevage pour les préparer
La mort assurée, sans pouvoir fuir
Avec le luxe et son industrie
LVMH, KERING, et autres marques
Et ce qui va avec, les tanneries
Ce qui à l'élevage est une saloperie
Comme une exacte tautologie
Animaux écorchés
Encore vivants, dépecés
Pas de code de conduite
Mais la conduite du code
Toute une internationale de la pollution
De l'animal non humain, toute une extermination
De certaines personnes qui se veulent à la mode !
Tout un secteur
Comme bien d'autres secteurs
De l'évasion fiscale
De la Suisse, banque du capital
Mais
Tout ce que nous produisons
Mais
Tout ce que nous consommons
Génère de l'exploitation
Génère de la pollution
Génère de l'aliénation
Une seule issue de secours
Dix siècles ou quelques jours
De l'économie, ABOLITION
Un autre jeu, il faut
Et jeu signifie innovation, pas qu'un mot
Comme un tableau
Brûlé, de feu ( 1893 - 1983 ) Joan Miro
Flamme, cendre, fumée
Et du tout recontextualisé
Mais, là, aux lois du marché
Tout est le prisonnier
Augmentant, du tableau, la cherté
Tout y est prévisible
Tout y est reconductible
Tout y est reproductible
Cambridge Analytica
En politique, analyse des données, pas que cela
Et tel président, tu éliras !
Toute élection est contre la démocratie
Tout étant joué à l'avance
Sondages, données statistiques, pour la tyrannie
De la propagande, ni chance, ni malchance
Trump le milliardaire, fut élu, ainsi
Nouveaux outils d'exploitation
Du capital, ses cadres, ses pions
Vraiment, en finir, avec toute votation
Qui même à la démocratie indirecte est une vexation
Des puissances d'argent
Publications stratégiques
Sondages, données secrètes, la banque, tout, organisant
Des banques, l'argent de tous les trafics
De la drogue, des médicaments, des jeux, de la prostitution, autres répliques
Et puis
Des manifestations sans le message
Le message sans la manifestation
C'est maintenant, la mort, ou la révolution
Et à long terme, pour l'humanité, la seule solution
La fabrique des délits
Les délits de la fabrique
BNP PARIBAS, 192 000 personnes salariées
78 pays, des agences par milliers
Il faut blanchir l'argent
Or, tout argent est sale, c'est évident
Il fait la femme putain, il fait l'homme maquereau
Mais en faire une généralité serait faux !
 
Patrice Faubert ( 2018 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "
 
 
 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 11/01/2018.

 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Politics & Society" (Poems)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:

Paraphysique de la vie - Patrice Faubert (Politics & Society)
Stars - Christiane Mielck-Retzdorff (Life)