Patrice Faubert

Allo, quelqu'un ? Allo, quelqu'une ?

" Je pourrais être vos parents et vous pourriez être mes enfants, vous pourriez être mes parents et moi votre enfant, moi l'éternel adolescent. "

( Pour Arnaud et Katia, mes jeunes amis )

Nous pourrions être le chat de quelqu'un
Ou l'oiseau, le rat, le lapin, le chien
Comme emploi, cela serait bien
Mais, qui parle en plus
Cela serait vraiment un bonus
Nourri, logé, choyé, et pas castré
Animal humain, adopté
Nos jeunes amis seraient nos enfants
Parfois, ils seraient nos parents
Tour à tour des parents et des enfants
Aucun corps ne serait délaissé
Sans le préjugé, tout corps serait caressé
Pour cela, la révolution des mentalités
D'autres façons de partager
C'est surtout cela l'anarchie
Avec l'inhibition de l'action qui s'enfuit
Avec la disparition de toute maladie
Et plus aucun sot métier
Alimentant une sotte société
Car dans une sotte société
Il n'y a que des sots métiers
AUSSI
NE FAUDRAIT-IL JAMAIS TRAVAILLER !
Et dans la :
Fragmentation, confusion
Paupérisation, dispersion, isolation
Et à résidence, assignation
De part les idéologies
De part les religions
De part les idées
Présentement
Les gilets jaunes
Bientôt
Les pantalons bleus
Bientôt
Les costards roses
L'insatisfaction prend la pose
Et il n'y aura plus aucune pause
Allo, il y a quelqu'un ?
Allo, il y a quelqu'une ?
La femme ou l'homme
Avec qui cela pourrait aller
Mais que nous ne pourrons jamais rencontrer
Et dans la :
Fragmentation, confusion
Paupérisation, dispersion, isolation
Et à résidence, assignation
SEPARATION
L'homme ou la femme
Avec qui cela pourrait aller
Mais que vous ne pourrez jamais rencontrer
Et dans la :
Fragmentation
Confusion
Paupérisation
Dispersion
Isolation
Et à résidence, assignation
SEPARATION
De plus en plus de gens seuls
Notre conditionnement, implacable, est veul
Allo, il y a quelqu'un ?
Allo, il y a quelqu'une ?
Quand n'importe plus que la thune !
Il faut donc
Tout acheter, tout payer
Le sexe surtout mais aussi l'amitié
La femme, engrammée, à ne rechercher que la sécurité
Le célibat de l'homme rimant souvent avec précarité
Au tout putain
C'est combien ?
Au tout maquereau
Quand le baratin se fait beau
Partout
Le fascisme relooké, s'affiche
De toute réelle bienveillance, il se fiche
Pour les pauvres, pour les riches
Quand tout est divisé
Et au sein nourricier d'une même idée
Puisque TOUT est idiosyncratiquement interprété
Ainsi
Tout est immobilisé
Contre plus rien, l'on ne peut vraiment s'opposer
Allo, il y a quelqu'une ?
Allo, il y a quelqu'un ?
Que l'on me prévienne et sans rancune
Ah !
Boire les jus vaginés d'une femme
Ah !
Téter les seins d'une femme
L'on peut toujours rêver
Quand, en rien, plus aucune gratuité
Car
Il faut tout acheter
Il faut tout payer
Le sexe surtout
Donc, la vie de couple
Mais aussi l'amitié, version plus souple
Et puis, tout a été galvaudé !
Pour ne plus comprendre rien à rien
Quand tout semble, plus que jamais, devenu vain
Avec les réactionnaires
Qui récupèrent, même le mot libertaire
Tout mot a été sali
Tout mot a été violé
Tout mot a été déformé
Tout mot a été retourné
Tout mot a été détourné
Tout mot a été saboté
Tout mot a été sabordé
Tout mot a été récupéré
Même plus de bouteille à la mer
Quand TOUT est devenu de la misère
Qu'elle me confonde l'hypothétique femme libertaire
Qu'enfin
L'anarchie dans notre lit
Qu'enfin
L'anarchie dans notre vie
Connaissance
Conscience
Imagination
Car
Tout est à désapprendre
Révolution psychologique
Car
Tout est à défaire
Révolution psychologique
Donc, tout à faire
Donc, tout à défaire
Révolution psychologique
Abolir les idées
Qui nous font nous tuer
Abolir, matériellement et psychiquement, les propriétés
Qui nous empêchent de vivre et de partager !
Et dans la :
Fragmentation, confusion
Paupérisation, dispersion, isolation
DIVISION
Et à résidence, assignation
Présentement
Les gilets jaunes
Bientôt
Les pantalons bleus
Bientôt
Les costards roses
Et bientôt et bientôt
La fausse conscience, c'est parfois rigolo
Où c'est là que l'on cause
Chaque colère prenant la pose
Il n'y aura plus aucune pause
Et roulant pour son propre compte
L'apolitique de la politique
Sans aucun vrai esprit critique
Renouvelant sans cesse les mécomptes !
 
Patrice Faubert ( 2018 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.index "
 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 12/09/2018.

 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Politics & Society" (Poems)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:

La rvolution psychologique - Patrice Faubert (Politics & Society)
Fin dOctobre Avignon - Rainer Tiemann (Loneliness)