Patrice Faubert

Le gène, à l'environnement, prête serment

Une alimentation saine
Pour que bon sang circule dans nos veines
Criminalité de l'alimentation
L'alimentation de la criminalité
Tout cela, au quotidien, ô consternation
Comme la violence à la télévision
Des neurones miroirs en imitation
Et encore une fois
Tout le prouvant, ma foi
Les gènes n'ont rien à faire
Se laissant balloter, se laissant trop faire
Pour l'environnement
Du A à Z, de tous ses tourments
Et même la sociobiologie wilsonienne, l'admet, maintenant
Et donc, le gène, à l'environnement, prête serment
Il en est le jouet
De tous temps, l'alimentation, le validait
Toute décision, la nourriture l'exprimait
Consommation du capital
Consommation neuronale
Au tout sous contrôle
Au tout pas drôle
Milliardaires et multinationales
Interceptant, orientant, dans tout pays, une logique nationale !
Ainsi, en France
La plupart des médias
Sont contrôlés par quelques milliardaires
Et plus que jamais, voilà
De même sous-vivre, cela revient cher
Nous valons combien ?
Et à trop vouloir valoir
Nous ne valons plus rien
Au tout proxénète, au tout putain
Au tout crétin
Donc
Il n'y a aucune liberté de la presse
Pas plus qu'il n'y a de la liberté de la fesse
Et à dire le vrai
Sans nullement en rechercher l'effet
Il n'y a aucune liberté tout court
Certes, ouvrir faussement sa gueule, en pour
Et toute l'énergie consommée
Par le matériel informatique, tout le visionné
Soixante pour cent en poids virtualisé
Soit trois cent millions de tonnes de CO2
Certes
Tout est énergie
De l'énergie tellurique
De l'énergie cosmique
De l'énergie psychique
De l'énergie physique
Ceci ou cela, énergie naturelle ou artificielle
Réelle ou virtuelle !
Dans le monde en 2017
33 milliards de bouteilles de vin
Tradition ou en biodynamie
Mais la tradition empêche la réflexion, c'est ainsi
Rien qu'en France
Au tout picole, c'est la romance
85000 exploitations viticoles
Pas étonnant, si tant de marioles
Tout rapetassé
Tout égueulé
Tout pollué
Tritium dans l'eau du robinet
Des pesticides  et autres poisons dans le pinard, meuh, bêê
Et maintenant, des manifestations
Pour avoir le droit de manifester
Alors qu'à défaut de changer quoi que ce soit
Cela défoule et apaise, c'est déjà cela, ma foi
Pour simplement vivre, aucun droit, aucune loi
Des manifestations
De toute une sidération, de toute une stagnation
Pour, de jadis, retrouver les acquis sociaux
Petit à petit, fondant et s'amenuisant, ô salauds
Le vrai, plus que jamais, un moment du faux
Cela saute aux yeux
Il ne peut plus y avoir que de mauvais aveux
Nous sommes déjà, et depuis longtemps, dans la catastrophe
Nous sommes déjà, et depuis longtemps, dans l'effondrement
Il n'est déjà plus, le capitalisme d'avant !
 
Patrice Faubert ( 2019 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "
 
 
 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 10/03/2019.

 

The author

 

Comments of our readers (1)

Show all reader comments!

Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Politics & Society" (Poems)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:

Plus d'hôpitaux, à bas les aéros - Patrice Faubert (Politics & Society)
A special moment - Helga Edelsfeld (Philosophical)