Patrice Faubert

TRAVAILLER, POLLUER, CONSOMMER ET DONC, FERMER SA GUEULE !

Cette manie capitaliste
Le commerce est bien fasciste
De fouiller dans les caddies et les sacs
Grandes et petites surfaces, magasins bio, du tac au tac
Prenant les gens pour voleuses et voleurs
Face à cela, peu de râleuses et de râleurs
Alors que c'est le commerce, le vrai voleur
Hélas
Car, à part moi et quelques autres
Cela ferme sa gueule, les autres
" TRAVAILLE
CONSOMME
ET FERME TA GUEULE "
Slogan dans une manif, révélateur
Les voleurs du commerce
Le commerce des voleurs
Caissiers et caissières
Vendeurs et vendeuses
Au tout réactionnaire
Du côté du patronat
Du côté conditionné du salariat
L'envie de leur casser la gueule
Car, la vie, le commerce la dégueule
Les magasins de bouffe, il faudrait les piller
Comme il faudrait brûler tous les papiers
Quelques bandes bien organisées
Pour que la peur change de côté !
Tout pouvoir est à refuser
Tout pouvoir ne sert qu'à dominer
Savoir du pouvoir
Pouvoir du savoir
Et il y a tant de bourgeoisies
Relire mon précis des 64 bourgeoisies
Et il y a tant de hiérarchies
Et là, peu importe
Car c'est une seule et même porte
Si l'on veut, vraiment, que l'on en sorte
Une année lunaire : 354 jours
Un cycle lunaire : 27 à 28 jours
Cycle menstruel : 28 jours
Tout ceci en vrac
De à l'environ, il faut préparer son sac
Car, de ceci ou de cela, en fonction
Très jadis
Il n'y a pas besoin de magasins
D'eau, de nourriture, faire le plein
Comme avec la bétuline
Pas à faire de queue crétine
Brai de bouleau
Colle préhistorique, c'est-y pas beau
L'on pouvait même mâcher cette gomme
Le vrai bio était là, tout le reste déconne
Il s'agissait de rendre la colle malléable
Du passé au tout inconcevable
Au tout merdique d'aujourd'hui, concevable
Forêts tropicales
Récifs coralliens
Comme les derniers témoins
Même si
L'on pourrait encore y croire, ainsi
Moins cent soixante et onze mètres, record des profondeurs
Pour du corail, Polynésie française, il bat encore, le coeur
Et nonobstant
Beaucoup de France, étudiantes et étudiants
Au réchauffement climatique, du pas croyant
Cela n'est pas étonnant
Avec, toutes notions
Avec, toutes façons
Du monde et son atomisation
Les relations de l'atomisation
L'atomisation des relations
L'atomisation des idées
Les idées de l'atomisation
L'atomisation des convictions
Les convictions de l'atomisation
Les manifestations de l'atomisation
L'atomisation des manifestations
Les solidarités de l'atomisation
L'atomisation des solidarités
L'atomisation du copinage, du sexe, et des amitiés
Les amitiés, le copinage, le sexe, de l'atomisation
Bref
L'atomisation du monde
Le monde de l'atomisation
Comme avec la pollution de l'air
Tout la produit, l'entretient, au laissez-faire
Ce qui équivaut
Comme des guerres
Dans ce monde de moutons et de veaux
Et donc, chaque année dans le monde
Neuf millions de décès, morbide faconde
Quinze millions de personnes touchées
Ce, en toute hypocrite équanimité !
 
Patrice Faubert ( 2019 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "
 
 
 
 
 
 
 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 12/22/2019.

 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Politics & Society" (Poems)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:

La communication aliénée - Patrice Faubert (Philosophical)
Fin d´Octobre à Avignon - Rainer Tiemann (Loneliness)