Patrice Faubert

Le monde comme apologie de l'atrocité

Si nous savions vraiment lire
Comprendre vraiment, c'est-à-dire
Certes
Tout dépend de ce que l'on lit
Certes
Tout dépend de ce que l'on écrit
Alors que tout est dénoncé
Parfois, de bons documentaires de télé
Cependant
Que rien ne semble vouloir réellement changer
Que rien ne semble réellement pouvoir changer
Tout semblant en immobilité
Et ainsi, le climat peut bien se modifier
Après moi le déluge
Des disputes pour y avoir sa luge
Tout ce qui a pu s'écrire
Tout ce qui a pu se faire, s'entendre, se dire
Comme si rien n'avait été écrit
Comme si rien n'avait été fait, entendu ou dit
Suicide collectif de l'espèce humaine
Quand c'est le chacun pour soi qui mène
Quand c'est le chacune pour soi qui mène
La société de consommation
La société de la perversion
Bientôt, toute une perdition
Des codages nerveux si différents
D'un encéphale l'autre, pour communiquer, on fait comment ?
Comme la tomate de saison
Qui mûrit en mai/juin
Mais la tomate que le plus souvent, nous consommons
Celle produite sous une serre chauffée, au tout malsain !
Donc, sept fois plus de C02
Que la tomate de saison, il y a le feu
Plus aucune cohésion sociale
Plus aucune mémoire sociale
Ce qui se perçoit dans tout mouvement dit social
Le contraire de la famille orque
Au transfert du savoir culturel
Comme partout puisque tout est du culturel
La femelle orque vivant
Et oui, jusqu'à 60/80 ans
Ménopausée à environ quarante ans
Tout un matriarcat mémoriel
Des habitats de pêche, de chasse, au tout miel
Alors que vivre ou soi-disant vivre pour les êtres humains
C'est devenu, inéluctablement, un parcours du combattant
Cela est trop certain
C'est un supplice permanent
Surtout dans la solitude, surtout dans l'isolement
Suicidés, suicidées, suicidantes, suicidants
C'est le contraire, pour le coup, qui serait étonnant
Tout y est comme à l'armée
Garde-à-vous, repos, rompez
Comme ce tyran de Joseph Kony
Une armée de terreur, de modernes nazis
Soudan, Ouganda, Centrafrique
En fonction des intérêts économiques
De tous les pays qui trafiquent en Afrique !
Avec de jeunes garçons enrôlés de force
Avec de jeunes filles devenant des prostituées
Avec des bandes armées
Violant, torturant, tuant, pillant, exterminant
Est derrière toute une stratégie géopolitique
Chaque pays impliqué avec son spécifique
Tout y étant plus flagrant
Que dans les pays d'Occident
Du manifestement
Du subtilement
Le capital des armées
Les armées du capital
Toute une économie s'y juxtaposant
Toute une économie s'y nourrissant
Bref et donc
Nous ne savons ni entendre, ni écrire, ni lire
Nous ne savons ni écrire
Ou alors dans le vide
Et c'est donc toujours un bide
Et j'écris dans le vide
Et je fais le bide
Sinon
Le monde, depuis longtemps, se serait transformé
Sinon
Depuis longtemps, le monde aurait changé
Tout prix Nobel est forcément une imposture
Comme tout diplôme est forcément une incongruité
Quand partout, apologie des atrocités et de l'ordure !
 
Patrice Faubert ( 2020 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "
 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 02/03/2020.

 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Politics & Society" (Poems)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:

Prêt-à-porter du prêt-à-penser - Patrice Faubert (Politics & Society)
A little rain of Irish blessings - Jürgen Wagner (Birthdays)