Patrice Faubert

La colonisation expropriatrice

Pauvre peuple kanak
Qui dans son histoire
Avec tant de désillusions et de claques
Et qui fut colonisé
Et qui fut acculturé
Et qui fut évangélisé
Et qui fut exproprié
Même par des bagnards colons
Au peuple kanak, des faux-jetons
Il y eut aussi
Toutes les maladies
Apportées par les peaux blanches
Toute une décimation comme une revanche
Avec aussi les missionnaires catholiques
Avec aussi les missionnaires protestants
Et le colonisé
Qui devint un assimilé
Et donc, avec les grandes invasions
Comme une éternelle répétition
De l'asservissement en mondialisation
Et donc, qu'on le veuille ou non
Un grand mélange
Des cultures et des religions
Aucune race, mais des groupes et des populations
Selon les époques et les temps
Selon les conditions
Quand c'est les religions
Quand c'est les idéologies
Qui font opposition, qui font séparation !
Tout est d'hier
Dans l'aujourd'hui du faire
Jadis et très jadis
Les indulgences papales
De tout un culot phénoménal
De nos jours
La compensation écologique
Du droit à polluer, très économique et très politique
Du droit à pécher
Au droit à polluer
Et ce sans aucune culpabilité
Avec toute une notion civilisée
Du suicide individuel ou collectif, que l'on peut galvauder
Et en paraphrasant
Feu le penseur, E.M.Cioran
" Se suicider, oui
Mais pas parce que, tout le monde
Vous cracherait à la figure "
De la citation personnalisée
Sans être au plus près, mais sans falsifier
Rendre simplement, le fait
Le passé nous revient toujours
Au présent, nous faisant toujours la cour
Comme le débarquement
Mais, celui de 1066, que celui de 1944, moins évident
Hasting, et déjà la Normandie
Avec la naissance de la chevalerie
Avec, cependant, des chevaux tout-petits !
Feu ( 1027 - 1087 ) Guillaume le conquérant
Duc de Normandie
Devint Roi d'Angleterre, c'est ainsi
D'un débarquement l'autre
D'une invasion l'autre
D'une fausse vraie assimilation l'autre
D'ailleurs
Tout ceci fort bien résumé
Dans la première bande dessinée
La broderie de Bayeux
Ils sont partout nos aïeux
Soixante dix mètres de long
De personnes faisant régions, pays et nations
De fait chaque groupe humain
Et ce depuis le patriarcat
Voulant imposer sa dominance à d'autres groupes humains
De tout un puant caca
Et à défaut de le sentir
L'on peut l'ouïr ou le lire
Sans ou avec le besoin de bésicles
Déjà présentes au treizième siècle
Puis, en 1728, coucou, les lunettes à branches
De l'Italie à l'Angleterre, comme des manches
Car, le capital, indéfectible engeance
Centrale de planification en agence
Est à toute individualité, une permanente offense
Comme normalité de l'immoralité en mesure de confiance !
 
Patrice Faubert ( 2022 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur ( http://www.hiway-glk.fr/ )
 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 01/23/2022.

 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Politics & Society" (Poems)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:

La confortation des boniments - Patrice Faubert (Politics & Society)
Only three words...❣️ - Ursula Rischanek (Love & Romance)