Patrice Faubert

De Chauvet, à qui-va-là ?

Du quasar
Du pulsar
Du magnétar
Du blazar
Au tout bazar
Au tout bizarre
Notre univers et ses fards
Mais là
L'on ne peut qu'y théoriser
Seulement dans des calculs, y pratiquer
Pas comme la pratique du ski
Par sept pour cent de personnes, c'est ainsi
En France, plus l'on a de la richesse
Pour la pollution, cela rime avec bassesse
Consommant au tout chiche
Et dans chaque pays, c'est au revoir et merci
Les riches
Polluent, certes, plus en qualité
Les pauvres
Polluent, certes, plus en quantité
En ce domaine
Tout est d'ailleurs un sacré mélange
Quand le capital en fait la louange
Il y a bien des manifestations
Qui sont souvent bon enfant
En les comparant aux années d'antan
1934/1938, et son temps violent
France, soixante dix morts de violence politique
Pas cependant, entre factions politiques opposées
Mais d'interventions policières musclées !
Sachant
Que les armes de petit calibre
Jusqu'en 1939, ce fut libre
Car
L'affrontement entre idéologies inversées
Ce fut surtout
Sans la police et sa complicité
En Italie, en Allemagne, en Espagne
Là où les idéologies castagnent
34/38 une période particulière
Nonobstant, en Angleterre
Il n'y eut aucun mort
L'on préférait se jeter un sort
Un jour
L'on demandera asile politique
Pour une autre planète
Avec des êtres moins bêtes
Moins horribles et moins cyniques
Mais si c'est comme pour
Le droit d'asile parisien, au secours
Quatre vingt-seize pour cent
Des demandeurs d'asile
Ont déjà dormi dans la rue, ô politique incivile
Cinquante-quatre pour cent
Le squatt et la faim, l'ont bien connu
Quarante pour cent
Ont besoin d'un suivi médical
Mais cela  devient du général
Français et immigrés dans le même bocal !
Et en dépense de l'effet de serre
Et bien tout ou presque le sert
Et donc, bien plus que les pauvres, les riches
Pour tout consommer, les mêmes niches
Ainsi
Neuf calories végétales
Il faut, pour produire une calorie bovine
Et il faut aussi
Pour produire un kilogramme de viande rouge
Quinze mille litres d'eau, pourtant, rien ne bouge
De quoi voir tout en noir et rouge
Et puis
Nos vaches françaises
Pour les émissions de méthane
C'est quarante-quatre pour cent
Donc de la pollution générée par l'agriculture
Et il y aura moins de temps
Si l'on veut un vrai changement
Que l'acteur Bill Murray, si épatant
Dans le film  " Un jour sans fin " , toujours se continuant
Pour devenir ce qu'il devint
Afin de tout prévoir en devin
Car, il lui aurait fallu dix mille ans
Mais, déjà, peut-être que tout est derrière nous
Quand tout est organisé par des folles et des fous
Un peu comme l'art
Qui au capital est surtout du lard
Car tout fut déjà conceptualisé
Car tout fut déjà chamanisé
Comme donc dans les grottes ornées
Altamira, 14000 ans, environ
Lascaux, 17000 ans, environ
Chauvet, 36000 ans, environ
Tout y était déjà là
Tout est déjà là
Tout y sera déjà là
Et face à la toujours farce électorale
Abstention, autogestion, comme une chorale !
 
Patrice Faubert ( 2022 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur ( http://www.hiway-glk.fr/ )
 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 03/03/2022.

 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Politics & Society" (Poems)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:

Le virus de la psychose et la peste émotionnelle - Patrice Faubert (Politics & Society)
Pour une fille - Rainer Tiemann (Emotions)