Patrice Faubert

Paraphysique du bit et du qubit

Du bit
Au qubit
Mais, tout se dit, se dira
Mais tout se vit, se vivra
Mais tout s'est fait, se fera
Mais tout se pense, se pensera
Naîtra, mourra, renaîtra, remourra
Ici ou là, d'un temps l'autre, quelque part
Des milliers de fois
Des milliards de fois
De l'intrication quantique, ma foi
Tout se contentant d'être
De tout, nous faisons du paraître
Du contre et du pour
Avec de petits ou de grands discours
Passé, présent, futur
En adéquation de toute culture
Et quelle culture ?
Sportive, littéraire, scientifique
Peinture, jeux, historique
Télévisuelle, radiophonique, cinématographique
Avec des gens plus informés
Trop d'informations, pouvant aussi désinformer
Ne sachant
Ne pouvant
Les assimiler ou les classer, les interpréter
Ainsi, conflits, guerres, rivalités
Pouvant se perpétuer
Ainsi, de toute vraie réflexion, les têtes sont vidées
Car, l'on dit pour nous
Car, l'on pense pour nous
Car, l'on vit pour nous
De toute une spectaculaire spectatrice contemplation
Comme professionnalisée chaudière à réaction
Comme professionnalisée en fausse révolution
L'art de tout compliquer, en maître façon
De la vraie simplicité en aucune façon
De moi, simplicité scolaire, en passion !
Et bientôt
Des tas et des tas de sans dodo
Deux milliards de personnes
Vont vivre en taudis, bidonvilles, on l'entonne
Ou des communautés, novlangue qui fredonne
Déjà, près des aéroports
Pour les restes touristiques
L'on y mange, l'on y dort, comme des moustiques
Du un million, et plus
Selon les endroits et les pays, au surplus
Europe/Monde, des loyers trop chers
Et pas assez de lait dans les seins des mères
Pas étonnant
Dans un tout si liant et chiant
Si des millions d'oiseaux migrateurs
Dix millions en France, ô horreur
Et tout l'ailleurs
Sont dégommés par les chasseurs
Sans compter tous les corbeaux, ô terreur
Plus que deux moineaux sur dix à Paris
Et aussi des millions d'oiseaux
Tués, esquintés, par les éoliennes
Accidents, vitres, chats, d'autres causes,  quoi qu'il advienne
Des tragédies de l'être humain pitre
Tout d'un seul tenant dans l'aberré
Tout se démenant dans la débilité !
L'artisan du système
L'artiste du système
Le sportif du système
Le savant du système
Et tout est et fait le système
Et est indispensables au système
D'autant bien rémunérés pour leur amen
Tout cela validant le système
Tout cela entretenant le système
Ou alors, avoir son jardin potager
Manger ce que l'on a récolté
Pour des grandes surfaces, s'autonomiser
Néanmoins
Avec parfois des serres plastifiées
Mais ce sont les mentalités
Qui doivent et devront se transformer
" Le miroir à deux faces " film de 1958
Mais, ici, pas de chirurgie de visage
Simplement, des cerveaux sans aucun mirage
Plus qu'un changement économique
Une mutation biopsychosociologique
Sinon, à tout faux changement
La société, peut, pourra, a pu, se conformer
Et encore et encore se continuer
Avec diverses façons pour aliéner
Avec de multiples méthodes pour exploiter
Comme des trous blancs sachant la temporalité
Toutes les boucles de la quantique gravité
Trous blancs, ces trous noirs inversés !
1845, France
SPA ( Société protectrice des animaux )
Cela n'était pas une évidence
L'idée qui matérialise la réalité
Ou la réalité qui ridiculise l'idée
Car, tous les animaux non-humains
Sont souvent maltraités, certes, plus ou moins
Par les animaux humains
Qui se maltraitent entre eux aussi, du soir au matin
L'espèce humaine n'est pas intelligente
L'état du monde comme preuve affligeante
Et tout se dit,se redit
Et tout se pense, se repense
Et tout se fait, se refait
Et tout se défait
Ce qui rend tout si futile
Comme une conquête inutile
Comme les chantiers et travaux
Il suffirait de tout faire durer, c'est ballot
Certes, le genre humain sait stocker de l'information
Mais toute fausse information rime avec une destruction
Ainsi de toutes les étiquettes politiques
D'une compétition l'autre
D'une hiérarchie l'autre
D'une perte de temps l'autre
D'une autorité l'autre
Toute recherche de dominance est inepte
Des individus, des groupes, en trois ou cinq sets
Ce que trop souvent le cinématographe reproduit
Car de la société, il n'est que le produit !
 
Patrice Faubert ( 2022 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur ( http://www.hiway-glk.fr/ )
 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 07/02/2022.

 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Politics & Society" (Poems)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:

C'est quoi ? - Patrice Faubert (Philosophical)
Apocalypse now - Heino Suess (Sorrow)