Patrice Faubert

L'âge réel de l'âge vécu

Rien ne devrait nous atteindre
Mais tout nous atteint
Reproches, réflexions, flatteries, compliments
La méchanceté, la gentillesse, le tout venant
Le mal, le bien
Le rien du tout, le tout du rien
De toutes façons, tout m'atteint, tout nous atteint
Car
Je pisse   Je glisse
Tu pisses   Tu glisses
Il ou elle pisse   Il ou elle glisse
Je chie  Je plie
Tu chies   Tu plies
Il ou elle chie   Il ou elle plie
Je salive   Je dérive
Tu salives   Tu dérives
Il ou elle salive   Il ou elle dérive
Je souffre   Je souffle
Tu souffres   Tu souffles
Il ou elle souffre   Il ou elle souffle
Je jouis   Je ris
Tu jouis   tu ris
Ii ou elle jouit   Il ou elle rit
Je meurs   Je pleure
Tu meurs   Tu pleures
Il ou elle meurt   Il ou elle pleure
Tout, toujours, dans la résignation ou la peur !
Et puis
Un litre d'urine, environ
280 grammes de merde, environ
Par personne et par jour, c'est selon
Dans le monde, nos entrailles sonnent
Toute biomasse épuratrice
Pouvant être bienfaitrice et récupératrice
D'autres énergies moins écocidaires et salvatrices
Du, très jadis, tout par la fenêtre
Du tout dehors, au tout toilettes
Mais comme en Inde, et ailleurs, l'ancienne roulette
Donc, il y aurait tant de fertilisants naturels
Du lombric bioréacteur, pour une solution réelle
La vie sur la ville
La vie sous la ville
Tout s'y mimétise
Tout s'y volatilise
De tous les fertilisants chimiques
Rejetés, océans, mers, rivières, fleuves, lacs
Malgré tout, aucun vrai déclic, une terrible claque
De quoi être consterné
Eaux usées non traitées
Tout s'y déversant, aussi, à 80 pour cent
De l'âge vécu à l'âge réel
Selon le contenu de nos poubelles
Et à quoi bon nos 350 récepteurs olfactifs
Du goût, des odeurs, des émotions, du tout fictif
Pour transformer tout en spectacle de l'argent
En finir plus ou moins vite, en seul différent
L'argent du spectacle, le spectacle de l'argent
Du fétide, des miasmes des théories, se fantasmant !
1155 avant notre ère
Toujours des hiérarques de la colonialité
Sous Ramsès III, déjà, avec des ouvriers qualifiés
En grève pendant trois mois, déjà révoltés
Les salaires n'étant pas versés
De tous les temps
De se rebeller, les raisons, tant et tant
Ainsi de notre présent
Entre cinquante mille
Et trois cent quarante mille
De conduite d'eau qui seraient suspectes
Avec sûrement, des résidus inhérents
Au chlorure de vinyle monomère ( CVM )
Dur pour qui boit la flotte du robinet
Et profiteuse, l'industrie du plastique, le sait
Il nous faut, par-delà tout méfait
Récupérer la récupération
De la récupération de la récupération
RaoulVaneigemisant jusqu'au fond et au fin fond
Pour pouvoir ainsi tout remettre d'aplomb
Toutes choses, tous domaines
Des classes moyennes qui font la moyenne
Moyennement ceci ou cela, immobilité doyenne
Et à propos de moyenne
En 2020, en France, 1m77 de taille moyenne
Et pour une fois que je suis pile dans cette moyenne
Mais entre 60 et 62 kg, musclé, mais maigrichon
Encore en-dehors des clous, et sans pandiculation
De toute une formule laboritienne en gesticulation
Apprenti de la vie, toujours en formation !
 
Patrice Faubert ( 2023 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur ( http://www.hiway-glk.fr/ )

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 04/25/2023.

 
 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

More from this category "Politics & Society" (Poems in french)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:


Capitalocène de prosopopée - Patrice Faubert (Politics & Society)
that life is such a maze ... - Inge Hoppe-Grabinger (Emotions)