Patrice Faubert

Casus belli, vrais et faux souvenirs

Et à travers les âges
L'on entendit, l'on entend, l'on entendra
Comme une sempiternelle dépression
N'ayant le goût à rien
D'attendre quelque chose, il n'y a rien
Toujours s'adaptant
Toujours se répétant
Toujours se répercutant
Selon lieux et temps
Selon son lieu, selon son temps
De ce qui circule ou pas dans son sang
L'organisant ou pas dans un signifiant
Sinon, cela est comme inexistant
Tout étant comme un palimpseste
Tout étant comme un inceste
Tout étant comme une claustration
Et là, pas de Latude en évasion
Avec du casus belli pour toute option
Contre la bêtise généralisée, aucune révulsion
Sans compter
Les faux souvenirs des vrais souvenirs
Les vrais souvenirs des faux souvenirs
Comme de toute enfance inventée
Car elle nous est surtout racontée
De l'écrivain de Tanger, Najib Arfaoui
Né en 1943, je crois me souvenir de son AJS-OCI
Comme d'un lieu-dit de sa vie
Souvenance d'un très jadis, se perdant dans son infini !
De tous les desiderata
En chattemite de toute déliquescence
De mon style de la négation
Sans négation du style en péroraison
Tout ne pouvant s'accoler
Tout pouvant se décoder
Ainsi, du Vatican
Drogue, pédophilie, homosexualité, hétérosexualité
Diverses protections, et totale impunité
Des contacts fréquents avec la mafia
Et donnant des leçons au monde, tout est là
Et à quoi bon les grimaces de l'évolution
Il y a 66 millions d'années, une autre grande extinction
Mais presque deux millions d'années plus tard
Et après l'impact, du futur cafard
Fougères, palmiers
Fruits à coque, légumineuses
De la coévolution avec les mammifères
Mais tortues et crocodiles en leurs affaires
Même l'astéroïde de 15 à 20 km, ne sut les défaire
Et nos ancêtres des ancêtres
Sans lesquels, il ne parut point, l'être
Purgatorius et autres bestioles
Qui furent nos têtes de gondoles
Du maniraptorien, et là, pour le vol !
Alors que vingt millions d'oiseaux
Disparaissent, et ce chaque année
Depuis, 1980, 800 millions éliminés
Du moineau domestique, moins soixante-quatre pour cent
Du martinet noir, moins quarante-six pour cent
Car, pesticides, l'éclairage, l'anfractuosité
Moins aussi, de haies, de prairies, et des chats pour les tuer
Comme si le capital et son organisation
Vouait tout au suicide et à la désolation
Moi qui suis tigre capricorne
Même si je ne crois pas à des cornes
Donc, comme le rare tigre de Sibérie
Pouvant, coûte que coûte, survivre aux intempéries
Quand il reste encore trente-huit espèces de félins
Dans un monde dévasté, notre contemporain
Dont le chat forestier d'altitude
Du Jura, le plus puissant, encore à l'étude
Avec des constats nous plombant dans l'hébétude
1830
Dix millions d'éléphants
2023
Quatre cent mille éléphants
Et aucun chatGPT du j'ai pété
Cela pue, et ne saurait, surtout, rien empêcher
Quand toute marchandise rare a son trafic
Sa mafia, femmes et hommes politiques
Du crime social, bois du rouge santal
Et donc du crime économique en fanal
Ce qui conduit au crime environnemental
Syndrome du crime politique, du Dubaï, en fatal
Accusé capital, levez-vous
Vous êtes la folle des folles, le fou des fous !
 
Patrice Faubert ( 2023 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien  ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur ( http://www.hiway-glk.fr/ )

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Patrice Faubert.
Published on e-Stories.org on 07/22/2023.

 
 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

More from this category "Politics & Society" (Poems in french)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:


Météorologie de la souffrance - Patrice Faubert (Politics & Society)
Growth - Inge Offermann (General)