Karl Wiener

Le ponte

  

          Il y a, cela fait déjà longtemps, que a ce lieu, où aujourd’hui le vent souffle sur les champs fertiles, se trouvait une forêt. Cette forêt était de tel grandeur, que personne n’avait avancé jamais d’une lisière à l’autre. Dans la forêt vivaient beaucoup des animaux et le chemin à travers était impraticable par des marécages, étangs et lacs.  Au fond de la forêt on trouvait une clairière, traversée au beau milieu d’une gorge profonde et insurmontable. Les hommes qui habitaient des deux cotés de la forêt travaillaient dur pour assurer leur subsistance. Ils n’étaient riches et auraient eu ramassé volontiers les champignons et les baies poussant dans la forêt, mais ils avaient peur de s’égarer. C’est pourquoi le maquis empêchait les hommes de deux côtes de la forêt de rencontrer souvent, et parce que ils n’avaient guère connaissance mutuelle, l’un avait peur de l’autre. Au cas où ces hommes rencontrèrent exceptionnellement aux côtes de la gorge, ils menacèrent et se querellèrent par-dessus l’abîme.

          Un beau jour une petite fille s’osa curieusement avancer dans la forêt. Sous peu elle perdit son chemin. Á la recherche du chemin du retour elle tomba plus et plus dans le dense sous-bois. Enfin elle arriva à la clairière, où la gorge barra son chemin. Elle n’osa pour rien au monde retourner dans la forêt obscur, mais ne put pas avancer sans tomber en bas dans l’abîme. Elle ne savait plus que faire.  Épuisée, elle s’affaissa et commença à pleurer. Elle se sentit seul.        

          Pour hasard un jeune garçon arriva au même temps à la côte opposée de la gorge. Lui aussi, il était avancé curieusement dans la forêt y sous peu avait perdu son chemin. Il entendit des sanglots et soupirs. Cherchant il regarda autour de soi, créant d’entendre un fantôme. Mais sous peu il perçut la robe claire de la fille à la côte opposée. Il cria et fit signes. La fille aussi le perçut et répondit à lui. Les deux sentirent soulagement, ils n’étaient plus seul. Ils ne savaient rien de la hostilité de leur parents. 

          Pendant ce temps-là il avait commencé à faire nuit. L’obscurité augmenta la peur des enfants. Heureusement les étoiles scintillèrent dans le ciel et le clair de lune éclaira la clairière. Les deux se encouragèrent mutuellement par siffler, chanter et crier, mais à la fin ils se fatiguèrent et s’endormirent. Curieusement les deux rêvèrent le même rêve qui fit voir à eux une possibilité de s’assembler. De bon matin, quand ils se réveillèrent, il y avait bruiné. Les nuages déjà étaient disparues, mais l’humidité dans l’air réfractèrent la lumière du sol. Les enfants, encore fatigues, se frottèrent les yeux et pensèrent d’avoir trouvé l’issue à leur isolation. Un arc-en-ciel se porta comme un ponte sur la gorge. Les enfants espèrent de rencontrer au sommet d’arc.

          Non seulement les parents de la fille mais aussi ceux-ci du garçon étaient très inquiets du séjour des enfants. Au point du jour, déjà avant le lever du soleil, ils se mirent en recherche d’eux. Après de chercher çà et là sans résultat, chaque à sa parte, ils arrivèrent à la clairière et la gorge séparant. Cette fois ils se firent du autre souci que menacer et quereller. Après de la découverte des enfants retrouvés les parents virent avec épouvante que ceux-ci étaient sur le point de poser leur pieds sur l’arc-en-ciel pour rencontrer. Sans hésiter ils saisirent les enfants retirant les du abîme. Une chute dans la profondeur aurait été mortelle.  Maintenant ils étaient embarrassés et regrettèrent la hostilité mutuelle, parce qu’ils avaient compris que s’occuper en commun du bien-être des enfants est plus important que toutes les autres choses du monde. Parce que ne se passerai encore un malheur, ils commencèrent tout de suite de bâtir en commun un ponte solide en travers du abîme qui les avait séparé l’un de l’autre.

 

 

 

 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Karl Wiener.
Published on e-Stories.org on 02/28/2009.

 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Fairy Tales" (Short Stories)

Other works from Karl Wiener

Did you like it?
Please have a look at:

Il pupazzo di neve - Karl Wiener (Fairy Tales)
Pushing It - William Vaudrain (General)