Meike Schrut

Lignes à moi au 45ème anniversaire

N'importe quand des jours fériés cessaient.
A un temps, comme déjà
plus de 1000 rêves
enlève
Du temps d'enfant
Avaient passé.
Je devrais faire combien
Pour faire être vrai maintenant des rêves ?
A ce temps
Où la nostalgie meurt trop facilement,
Où le mot Amour devient la farce
Seulement la fidélité encore compte.
Plus froidement le vent souffle,
On sent à peine aussi une légère brise chaude
Parce que l'âme gèle.
Je nourris et soigne ma nouvelle humeur
Enfuis-toi sans cesse
Devant moi-même
Pour revenir
Dans les bras de mon aimé "doux".
DOUCEMENT.
Doucement je t'aurais volontiers.
Mais comme tu es
Si tu es bon pour moi - seulement pour moi -
L'autre était trop incalculable
Trop énigmatique pour moi,
J'aurais seulement la peur le perdre.
Cependant nous ressemblons à l'un l'autre
Distribuent
Ne nous offrent rien (dans le bon comme dans le méchant!)
Si je suis avec toi
Si je me sens sûr
Et mon âme ne commence pas à geler.
Chez l'autre, je serais continuellement dans le doute
Je n'ai pas besoin de cela...

 

 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Meike Schrut.
Published on e-Stories.org on 10/06/2009.

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Emotions" (Poems)

Other works from Meike Schrut

Did you like it?
Please have a look at:

Meetings - Meike Schrut (Emotions)
Pour une fille - Rainer Tiemann (Emotions)
Late realization - Rainer Tiemann (Friendship)