Thea Pijpers

MAMA TANGI (une histoire commence il y a plus de 40 ans)

Mama Tangi est ma voisine. Cest une tres belle vieille femme, avec un de ces visage des mers du sud que nous connaissons du peintre Paul Gauguin. Elle est tres travailleuse et active et cest elle-meme qui ma raconte son histoire. Lhistoire de sa vie anterieure.

Elle vient de Mangaia. Son pre tait pecheur et il prenait plus ou moins bien soins de sa famille. Sa mere ntait pas sa vraie mere. Elle a t prise en charge par une tante, sorte dune mere nourriciere. Ceci nest pas inhabiutel dans les iles. Un enfant nest pas considere comme une propriete. Si une fille na pas denfants et lautre en a plusieurs, il arrive quun enfant ou meme deux, soiebnt donne a lautre femme. Elle peut meme demander une adoption, mais ceci est encore une autre histoire. Aujourd hui, je veux parler de Maman Tangi.

Pendant ses jeunes annees, apres avoir quitte lile de Mangaia, elle vivait a Matavera qui est une commune de Rarotonga. Elle avait trois enfants bien que netant pas mariee. Ceci aussi est tout a fait normal dans nos regions. Ils etaient tous heureux et contents de leur vie.

Un jour son homme entrait a la maison et se plaignait de graves douleurs dans son ventre. Evidemment Mama Tangi tait tres soucieuse et elle demandait ce quil avait mange. La reponse tait : du poisson du recif ! Ceci ne laissait rien de bon a prevoir, car la cecif tait infecte dune mysterieuse maladie et un empoisonnement de poisson tait assez courant.

Les gens dici mangent tous de Ika Mata ce qui est du poisson cru. Normalement cest du thon des mers profondes. On laisse mariner lIka Mata dans du jus du citron, accompagnie de carottes, concombres et de lait de coco pendant quelques heures,. Ceci est une facon merveilleuse de preparer du poisson cru. Par contre, pour raccourcir le procede le pecheur met quelques gouttes de citrons sur son poisson fraichement attrape et le mange directement.

Le pauvre homme avait donc attrape un empoisonnement de poissons et son etat devenait de pire en pire. Mama Tangi a couru chez un medecin. Il faut vous imaginer quil y a 40 ans, tres peu de personnes posssedaient un telephone. Sur la route, laquelle a lepoque ntait pas encore goudronnee, une voisine la arrete pour lui dire que letat de son homme empirait. Lhomme la encore prie de bien vouloir prendre soin des enfants, de les elever dune facon honnete, ce quelle a promis. Ensuite il est mort. Si Mama Tangi tait malheureuse, je nen sais rien, car elle men a rien dit. Ici, les gens sont tres reticents de parler de leurs sentiments.

La semaine suivante, la mere du defunt Mata venait voir Mama Tangi pour lui faire la proposition depouser son autre fils, lequel justement tait devenu veuf. Mama Tangi ne voulait pas se decider de suite et a denade une nuit de reflection pour pouvoir reflechir tranquillement a la proposition. Lhomme offert tait Papa Kapu, une sorte de Saint. Il ne boit pas de biere, pas dalcool du tout et il connait sa Bible par cur. Cest un homme tres respecte a Rarotonga et probablement on le connait dans toutes les iles.

Le jour suivant, Mama Tangi a accepte et il se sont maries. Cet homme naurait pas pu trouver une meilleure femme. Par la suite, ils ont encore eu trois autres enfants et ils sont heureux et contents.

Cest aussi simple que ca par ici..



PS Papa Kapu est decede lannee passee. Il avait de beaucoup depasse les 80 ans.


 

All rights belong to its author. It was published on e-Stories.org by demand of Thea Pijpers.
Published on e-Stories.org on 06/08/2012.

 

The author

 

Comments of our readers (0)


Your opinion:

Our authors and e-Stories.org would like to hear your opinion! But you should comment the Poem/Story and not insult our authors personally!

Please choose

Previous title Next title

Does this Poem/Story violate the law or the e-Stories.org submission rules?
Please let us know!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Travel Stories / My Home Country" (Short Stories)

Other works from Thea Pijpers

Did you like it?
Please have a look at:

BALISE DANS LA CRIQUE EVENEMENT DU 23 AVRIL 2011 - Thea Pijpers (Travel Stories / My Home Country)
A Long, Dry Season - William Vaudrain (Life)